La Chine confirme son avance avec le premier satellite expérimental 6 G

Si la 5G peine à couvrir l’ensemble des communications dans l’Hexagone, la Chine, elle, vient de lancer en orbite le tout premier satellite 6 G. L’Empire du Milieu, toujours très discret quant à ses recherches et à ses avancées technologiques, confirme sa supériorité en termes d’innovations.


Ce satellite expérimental, développé conjointement par Chengdu Guoxing Aerospace Technology, UETC et Beijing MinoSpace Technology, a pour vocation de vérifier cette technologie de communication térahertz dans l’espace.

Cent fois rapide que la 5G

La mise en orbite de ce satellite de test de communication de sixième génération s’est faite en même temps que celle de dix autres satellites commerciaux de télédétection développés par l’argentin Satellogic. Embarqués au sein de la fusée porteuse Longue Marche-6, l’ensemble a décollé le 5 novembre dernier, depuis le centre de lancement de satellites de Taiyuan. Ce satellite 6G aura vocation à vérifier les performances de la technologie 6G dans l’espace où cette bande de fréquences s’étendra depuis les ondes millimétriques 5G à la fréquence térahertz.


Mais les technologies embarquées lors de ce lancement ne s’arrêtent pas là. Le satellite 6G est également équipé d’un système de charge de détection optique hyper puissant, permettant la surveillance des catastrophes agricoles, la prévention des feux de forêts, le contrôle et la gestion des ressources telles que l’eau … Nul doute que ce satellite procurera une quantité astronomique de photos et de données de notre planète bleue.


Cette technologie, dont les performances devraient être cent fois supérieures à celles de la 5G, devrait permettre des transmissions sans perte dans le vide sidéral et ainsi améliorer les communications longue distance avec une puissance de sortie inférieure. Selon Lu Chuan, directeur de l’institut technologique de l’industrie satellitaire de l’Université des sciences et technologies électroniques de Chine, cette technologie permettra de développer l’internet par satellite.
Rappelons qu’officiellement, ce satellite 6G n’est qu’un prototype destiné à être amélioré avant de voir cette technologie disponible sur les marchés internationaux.

Le plus grand radiotélescope à une antenne parabolique au monde Cell Tower

En parallèle du lancement de ce satellite prometteur, la Chine s’apprête également à ouvrir, le plus grand radiotélescope sphérique au monde. Ce radiotélescope sphérique, qui devrait être opérationnel début 2022, va déployer une antenne parabolique de cinq cent mètres. Situé dans l’Observatoire astronomique national chinois, ce radiotélescope XXL devrait être opérationnel après une série d’évaluations techniques et de performance.

Quand la Chine a la tête dans les étoiles

Récemment, lors d’un forum nationale sur la recherche scientifique numérisée à Pékin, le directeur adjoint du National Science and Technology Infrastructure Center, Wang Ruidan a déclaré que «« Le partage, l’analyse et la gestion des données de recherche sont cruciaux pour l’innovation scientifique et technologique à l’ère des mégadonnées d’aujourd’hui ». Preuve que la Chine de demain ne se contentera plus de réaliser des contrefaçons et autres babioles promptes à inonder les marchés. Bien que considérée comme l’usine du monde, la Chine investit tous les ans plus de 400 milliards de dollars dans la recherche et le développement. Elle est d’ailleurs le premier centre d’ingénierie de la planète devant les États Unis.
Alors qu’il comptait 23 millions de diplômés de l’enseignement supérieur en 2010, soit 18% de la population mondiale, le pays de Xi Jinping, compte aujourd’hui plus de 60 millions de surdiplômés, pré de 30% de la population mondiale.

Découvrez nos pages sur les mêmes thématiques :

Comme plus de 20 000 personnes par mois,appuyez-vous sur notre expertise en consultant :

+

Houhou, comparez les logiciels de gestion d'entreprise qui correspondent à votre besoin. C’est gratuit et sans engagement !

Par ici !